Impôts : plus de quatre Français sur dix n’y voient pas «un acte citoyen»

Les Français sont seulement 57 % à considérer l’acquittement de l’impôt comme «un acte citoyen participant de l’effort collectif au service de l’intérêt général», selon une enquête réalisée par Ipsos/CGI pour Le Monde, BFMTV et la Fondation internationale de finances publiques, rendue publique lundi 14 octobre.
Alors que le débat sur le projet de loi de finances 2016 débute mardi 15 octobre à l’Assemblée nationale, plus de quatre Français sur dix (43 %) jugent que payer ses impôts n’est pas un «effort collectif au service de l’intérêt général».

Le taux de prélèvement jugé trop élevé par sept Français sur dix

«Une notion citoyenne qui est en train de se diluer avec l’âge, puisque la proportion de « oui » à cette question chute de 61 % chez les plus de 35 ans à 46 % chez les moins de 35 ans», détaille Le Monde.fr. Le consentement à l’impôt est de 82 % chez les sympathisants PS 53 % chez ceux de l’UMP et 39 % au FN.

Principal grief contre les prélèvements obligatoires : leur taux. 72 % des personnes interrogées jugent le montant de l’impôt excessif. Le système français reste pourtant «l’un des plus justes des pays occidentaux», rappelle Libération.fr. «Ainsi, si la France a vu son taux de PO progresser d’un peu plus de sept points entre 1975 et 2008, il en fut de même, en moyenne, pour l’Europe des Quinze, mais aussi pour les pays de l’OCDE», indique le site du quotidien.

Un seuil de déclenchement supérieur

Par ailleurs, en plus de financer le développement de l’Etat providence au cours de ces dernières décennies, l’impôt sur le revenu épargne la moitié des Français. En effet, le seuil de son déclenchement se situe autour à 15.000 euros en France, contre 6 800 en Belgique, 7 600 en Allemagne ou 10 950 en Suisse.

Le budget 2014 examiné à partir de mardi prévoit une légère hausse du taux de prélèvements obligatoires (+0,15 point de PIB) par rapport à 2014, soit près de 3 milliards d’euros.