L’Espagne aussi pourrait instaurer une taxe sur les dépôts bancaires

Après Chypre, l’Espagne? Selon La Tribune, Madrid pourrait lever une taxe de 0,2% auprès des banques, sur le montant des dépôts qu’elles détiennent.
Mardi 19 mars, le ministre du Budget espagnol, Cristobal Montoro, a annoncé la mise en place d’une taxe sur les dépôts bancaires. Il s’est empressé de préciser, par un communiqué, que «cet impôt n’a rien à voir avec celui envisagé à Chypre».
Cet impôt, précise-t-il encore sera levé sur les banques, sur l’ensemble de leurs dépôts, et non les épargnants. Cette nouvelle taxe pourrait rapporter 3 milliards d’euros par an. Elle compensera une taxe appliquée dans trois régions (Canaries, Andalousie, Extrémadure), qui a été supprimée par l’Union Européenne en décembre dernier, car nuisant à «l’ordre bancaire» du pays.
Par ailleurs, cette taxe devrait être très modérée: «Elle ne sera pas supérieure de beaucoup à 0 %», explique encore le ministre du Budget espagnol. «On évoque, en réalité, le chiffre de 0,2%. À Chypre, on voulait taxer les déposants à 6,75% jusqu’à 100.000 euros et à 9,9% au-delà», rapporte La Tribune.
En taxant les banques et non les épargnants, l’Espagne espère ne pas créer un vent de panique. Il n’empêche que selon Jaime Becerril, analyste chez JP Morgan, interrogé par l’hebdomadaire économique, cette taxe est «risquée» et arrive «à un bien mauvais moment». D’après lui, «n’est pas si différente de la taxe chypriote que le gouvernement espagnol l’affirme: elle pénalise l’épargne en période d’austérité».