Palestine: le PIB pourrait augmenter d’un tiers en cas de levée des restrictions par Israël

Dans un rapport rendu public le 8 octobre, la Banque mondiale estime que la levée des restrictions israéliennes sur la Cisjordanie pourrait contribuer à une augmentation d’un tiers du PIB Palestinien.
La zone C, sous contrôle d’Israël, représente 60 % du territoire cisjordanien. «Plus de la moitié de la terre de Cisjordanie, dont une bonne partie riche en agriculture et autres ressources, est inaccessible aux Palestiniens» indique le rapport, mettant l’accent sur les restrictions de la liberté de mouvement et les obstacles administratifs à l’investissement.
Dans ce document relayé par le Monde, la Banque mondiale évalue le manque à gagner pour l’économie palestinienne à 3,4 milliards de dollars par an (2,5 milliards d’euros). Elle pointe notamment du doigt six secteurs potentiellement porteurs, dont l’agriculture et les minéraux de la mer Morte. L’institution internationale indique également que les recettes supplémentaires ainsi engendrées pourraient s’élever à 800 millions de dollars. Un apport «réduisant significativement le besoin de soutien budgétaire des donateurs» de l’Autorité palestinienne, précise-t-elle.

En septembre dernier, Yuval Steinitz, ministre des affaires stratégiques israélien, avait déclaré, en marge de l’Assemblée Générale de l’ONU: «Nous avons un intérêt à ce que l’économie palestinienne soit forte, viable et prospère […] Et une économie palestinienne forte est bonne pour Israël, bonne pour notre économie, bonne pour le climat général».