Rock’n’roll et webmarketing

Quel peut bien être le rapport entre le rock et le webmarketing ?

Eh bien, tout simplement, on y utilise les mêmes techniques de vente et de persuasion. Et pas forcément dans le sens que l’on croit : le rock était là bien avant le webmarketing.

Depuis trois semaines, je réécoute en boucle mes vieux albums de Kiss, ce fameux groupe de hard-rock américain. Et voyant que le bassiste du groupe, personnage excessif et extrêmement intelligent, a écrit deux livres, je les ai achetés.

L’un des deux, Sex Money Kiss, explique pas à pas, avec des multitudes d’exemples, comment ce groupe de quatre New-Yorkais fauchés en 1973 a, en 2012, vendu 100 millions d’albums, et généré un chiffre d’affaires de près d’un milliard de dollars !!!

Comment ? En pensant marque dès le début, en créant

 

pour les adolescents, et en martelant toujours le même message : avec de la détermination, avec énormément de travail et surtout de croyance en soi, on peut y arriver.

Si vous lisez l’anglais, achetez-le sur l’iBookStore sous forme d’ebook : Simmons montre, pas à pas, comment il a décliné sa marque sur tous les supports possibles et imaginables : disques, posters, BD, tournois de catch, magazines, figurines, courses de voiture…

Toujours la même idée, le même univers, repackagé chaque fois en fonction du public cible…

Je vois désormais de plus en plus de webmarketeur agir ainsi : une même méthode adaptée à des marchés de niche.

Exemple : la méthode Maxxivoice pour apprendre à parler en public est déclinée pour les webmarketeurs, pour les étudiants, pour le monde de l’entreprise… À chaque fois, produit quasi-identique, mais adapté aux préoccupations et moyens financiers de chaque segment.

Prenez-en de la graine, inspirez-vous de ses stratégies : elles permettent de multiplier son chiffre d’affaires en minimisant la création de produits, ou de services.

Add Comment